Pour une poétique de la colère au féminin. Écritures contemporaines de femmes (1980-2010)

Chercheure : Martine Delvaux
Financement : CRSH

Ce projet de recherche veut penser la place de la rage et de la colère, du pathos féminin dans la « polis » et dans la littérature des femmes tels qu’ils se présentent à l’heure actuelle et depuis les années 80, en Europe et en Amérique du nord. Notre recherche veut montrer dans un premier temps comment le récit civique occidental s’est construit sur la domestication de la fureur féminine et de l’excès émotif. Dans un second temps, les chercheures s’efforceront d’analyser, à travers des œuvres actuelles de femmes où la colère s’exprime de façon manifeste, comment il est nécessaire, pour et dans notre contemporanéité, de repenser la place de la colère dans la cité. Nous partirons du constat suivant : les manifestations littéraires de la colère (qu’il s’agisse de littérature à proprement parler ou d’œuvres d’art qui prennent appui sur du texte) font appel à une théâtralité de la représentation où les frontières du livre et du texte se voient en quelque sorte débordées par une esthétique de l’excès. Celle-ci fait appel au corps, à la voix, à la présence, aux arts de la scène et plus particulièrement à des formes théâtrales (et ce même si les textes écrits ne sont pas des pièces). En ce sens, la colère n’est pas simplement un thème étudié par les écrivaines, mais plutôt une recherche formelle et esthétique qui remet en question le rapport de maîtrise distanciée au texte par l’écrivaine et les lecteurs. Dans un troisième temps, c’est donc sur l’inscription de l’affect et du pathos que notre recherche se concentrera, et sur le rapport à la théâtralité de la littérature dans les écrits contemporains de femme. Au final, notre objectif est de définir une poétique de la colère dans son rapport à la théâtralité et à la performance.