Cartographie romanesque du Nil et de la Méditerranée (1960-2001)

Chercheure : Rachel Bouvet
Financement : CRSH

L'enjeu de cette recherche est de mettre au point une approche géographique de la littérature et de contribuer ainsi à la réflexion sur l’espace dans le champ des études littéraires. Pour donner à l’étude de l’espace romanesque une cohérence spatiale, un cas précis a été délimité : le réseau hydrographique formé par l’un des plus grands fleuves d’Afrique, le Nil, et la mer dans la quelle il se jette, la Méditerranée. Deux axes guideront les recherches : les paysages aquatiques et la cartographie romanesque. L’étude des composantes des paysages aquatiques vise à mettre au jour leurs dimensions esthétique, émotionnelle, mythique, historique et culturelle. Le corpus initial est formé de romans écrits en français par des auteurs aux origines diverses (Algérie, Égypte, France, Liban) et publiés après les indépendances, entre 1960 et 2001. Tout en essayant de mieux cerner le rôle du paysage dans l’imaginaire de l’eau, nous nous demanderons si l’émergence des littératures francophones postcoloniales a donné lieu à un renouvellement des paysages nilotiques et méditerranéens. La cartographie des romans vise à étudier les différents lieux du récit, la manière dont ils sont distribués, les tensions qui s’établissent entre eux, les toponymes, le parcours des personnages, leurs différentes étapes, etc. afin de révéler les lignes tracées de manière implicite et de réfléchir au rôle joué par les fleuves et les mers dans la configuration spatiale du récit.