Le bouffon contemporain : du jeu de langage à l’imaginaire

Chercheure : Michèle Nevert

Parmi les nombreux humoristes francophones contemporains, quelques-uns se distinguent de l’ensemble de par l’importance qu’ils accordent à l’élaboration d’un univers imaginaire, le rapport ludique au langage qui caractérise leurs textes et, à des degrés divers, la diversité des arts qu’ils pratiquent sur scène (Raymond Devos, Claude Meunier ou Marc Favreau, par exemple, pour ne citer que les plus emblématiques d’entre eux). Parce que les textes de ces artistes traitent de l’imaginaire, parce que les questions qui concernent la folie et l’identité les traversent, et parce qu’ils sont construits autour d’un jeu incessant sur le signifiant, les œuvres de ces humoristes singuliers interpellent la psychanalyse et entretiennent avec elle un véritable dialogue. Ainsi, tandis que la plupart des humoristes contemporains reprennent à leur compte la fonction des fous du roi du Moyen Âge – tenir un regard critique sur la politique sociale et économique de la société qui les engendre –, certains humoristes francophones renouent, en revanche, avec la tradition du Bouffon d’antan : poète, artiste, comédien. Les objectifs de la recherche sont les suivants :

  1. montrer comment, à partir de l’élaboration d’un univers imaginaire marqué par la question de la folie, de l’identité et des créations verbales, certains humoristes (francophones) contemporains se présentent comme un miroir de l’inconscient
  2. montrer qu’à ce titre, et compte tenu de la diversité des arts qu’ils pratiquent sur scène, ces artistes complets renouent avec la tradition du Bouffon d’antan.